photolegumescuisine

5 leçons de vie apprises en cuisine

La cuisine rend intelligent

Il n’y a pas mieux que les fourneaux pour apprendre l’organisation, la logique et le bon sens. L’école de la cuisine fait mûrir à plein de niveaux, et permet même de s’émanciper créativement une fois qu’on a les bases. Après des débuts tardifs (et chaotiques), j’y ai appris de belles leçons, valables autant derrière les fourneaux que dans la vie. J’espère que vous êtes prêts pour le best-of d’une apprentie cuisinière.

1) Réfléchir avant d’agir

Tous les grands chefs le savent : la clé de la réussite c’est l’anticipation. Christophe Michalak (champion du monde de pâtisserie) recommande même de peser, éplucher et couper tous ces ingrédients avant de commencer à cuisiner. Ça prendra 5 ou 6 bols s’il le faut, mais le résultat sera nickel. Dans mes grands débuts en cuisine, je lisais la recette ligne par ligne sans avoir de vue d’ensemble. Évidemment j’étais complètement débordée à mi-parcours, avec un carnage d’épluchures et d’ustensiles autour de moi. C’est tellement plus simple quand on se donne le temps de voir venir. J’ai tendance à avoir un caractère très impatient, la cuisine m’a appris à me poser pour anticiper avant de me jeter dans la bataille. C’est quand même mieux.

photo-oignons

2) Garder son sang-froid

Un jour, tu ne sais pas pourquoi, mais la recette part complètement en sucette. Je vais vous donner un exemple : Hier soir je suis entrée en guerre contre une soupe courgette-basilic. J’ai fait la connerie de vouloir la mixer avec la partie basse de mon robot, qui n’est pas étanche (youpiii). Plus je mixais, plus j’avais de l’eau qui coulait par en dessous, et je m’en suis rendue compte bien tard. Après avoir tout nettoyé et passé la soupe dans le blender, j’ai remis de l’eau pour compenser celle que j’avais perdu. C’est là que j’ai ruiné les proportions en en mettant beaucoup trop. Résultat : Toute une lutte acharnée pour me retrouver avec de l’eau à la courgette. J’en avais marre, j’avais faim, j’étais à deux doigts de bouffer n’importe quoi pour régler le problème. Au lieu de faire une crise, je suis restée debout devant l’eau de courgette et j’ai réfléchi sur comment l’épaissir. J’ai finalement rajouté des légumes et du lait de coco, et j’ai obtenu une soupe super très très bonne. Je ne sais pas ce que l’originale aurait donné, mais j’ai été heureuse avec ma petite soupe frankenstein.

3) Se laisser une marge d’erreur

On ne se voit pas échouer, je sais, mais ça arrive. Pour X raisons le plan A peut tomber à l’eau. S’il ne reste plus de temps ou plus de nourriture, c’est la catastrophe, dans Walking Dead comme dans la vraie vie. J’ai pu sauver ma soupe parce qu’il me restait des légumes au frigo. Pour une recette c’est mieux d’avoir un peu plus que la quantité nécessaire, surtout en fruits et légumes (vous trouverez toujours un moyen de les manger). Pour la vie en général, il m’aura fallu 10 ans de rédactions commencées au dernier moment et de courses dans le métro pour arrêter de m’infliger le stress de la dernière minute. L’adrénaline c’est bien, de temps en temps, mais ça fatigue aussi.

photofraises

4) Ne pas remettre à plus tard

Règle générale en cuisine : Quand on nettoie tout de suite après, c’est easy-baby, ce n’est pratiquement que du rinçage. Quand on attend en revanche, ça peut devenir très compliqué (vous le savez si vous avez déjà cuisiné de la polenta, des pois-chiches, du chocolat fondu…). Si comme moi vous avez le syndrome du « Je le ferai plus tard », il faut que vous sachiez une chose. Il n’y aura jamais de moment parfait pour faire ce truc désagréable où tout à coup vous vous direz « Tiens, là maintenant, j’ai envie de le faire » . Je vais même vous donner la technique absolue pour vaincre la procrastination : La règle des deux minutes.
Le principe est très simple : « Si ça prend moins de deux minutes, faîtes-le tout de suite ». Il ne faut pas réfléchir et juste le faire (parce qu’en fait, deux minutes ne changent rien dans notre vie et ce sera fini avant même qu’on s’en rende compte).

Article du Huffington Post sur la règle des deux minutes

5) Apprendre les classiques avant de vouloir inventer

Ah, le doux vent de la création. J’ai toujours envie de faire les choses à ma sauce pour voir ce que ça donne. En cuisine je l’ai fait trop tôt. Après trois recettes je me suis pris pour Alain Ducasse et j’ai commencé à expérimenter. Vous auriez dû voir ma tête quand j’ai goûté ma sauce bizarre à base de miso, gingembre et de purée de sésame. J’ai compris que je n’étais pas encore prête. J’ai continué, en respectant les recettes que j’avais. Un an plus tard, je suis capable de sauver des soupes, et surtout de créer des recettes de A à Z parce que j’ai acquis beaucoup plus de connaissances. C’est pareil dans la vie. Il y a les experts, ceux qui ont déjà fait toutes les erreurs possibles et qui ont trouvé des solutions, et il y a nous. On peut passer des années à se prendre des gamelles, ou on peut les écouter eux :)
Spoiler : La vie a déjà un stock de gamelles prévu pour nous quoi qu’il arrive, après c’est à nous de voir si on en rajoute ou pas.

photolegumescuisine


Je ne sais pas si vous avez aussi vécu des catastrophes en cuisine, mais moi j’en ai eu pas mal. Heureusement que ça m’arrive de moins en moins.

On apprend beaucoup de choses dans une cuisine, surtout quand on a grandi avec des barres de chocolat et des surgelés (que je trouvais parfaitement délicieux). Depuis que je m’intéresse à la cuisine plus saine, végétale et sans gluten, j’apprends à maîtriser de nouveaux aliments. Je me passionne pour de nouvelles saveurs et il y a une nouvelle dont je voulais vous parler depuis un petit moment.
J’aime tellement la cuisine détox que j’ai décidé de lancer un 2e blog uniquement consacré aux recettes healthy avec une amie. Je le fais sur un blog à part car je comprends que tout le monde ne soit pas autant excité que moi par le quinoa et les graines de courges. Le site prend forme, tout doucement, et je vous dirai dès qu’il sera prêt.

4 Commentaires

  • Comme le dit si bien le proverbe : Il n’y a que ceux qui ne font rien qui ne font pas de conneries ! Donc, plus tu feras la cuisine, plus il t’arrivera de pépins parfois. Et je parle en connaissance de cause. Hâte que ton nouveau blog soit opérationnel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *