expotreejoli

Weekend à Milan (partie 2)

Le thème de l’Expo 2015 : « Nourrir la planète, Énergie pour la vie ».

Un gigantesque parc d’attraction alimentaire de 110 hectares, regroupant 147 pays participants. C’est franchement spectaculaire à voir. Chaque pays a son pavillon, grand comme une villa de milliardaire. Et chacun de ces pavillons est une prouesse architecturale et technologique. De sculpture illuminée en hologramme, de forêt artificielle en dégustation… Toutes les façons de manger et d’apprécier la nourriture sont à l’expo universelle.

Ce que j’ai préféré : Le supermarché du futur, où les étiquettes de prix sont remplacés par des écrans qui détectent les produits qu’on tient dans la main et affichent immédiatement prix, origine, info nutritionnelles.

exposition universelle 2015 à MIlan

exposition universelle 2015 à MIlan

C’est le robot Yumi qui conditionne les fruits et légumes, il suffit de lui dire ce qu’on veut et quel poids.

exposition universelle 2015 à MIlan

Ce que j’ai moins aimé : Les pays qui n’ont pas joué le jeu de l’expo (répondre aux enjeux de la food pour l’avenir – Comment nourrir tout le monde quand on sera 9 milliards ?) et ont utilisé leur pavillon pour faire de la propagande sur leurs produits.

Par exemple l’Iran : un écran de 100m de long utilisé seulement pour faire la pub de la « persian pomegranate ».
exposition universelle 2015 à MIlan

Ils se sont un peu rattrapés en mettant un groupe de musique folklo à la fin :)

exposition universelle 2015 à MIlan

Il faut beaucoup plus qu’un jour pour tout visiter. Le pavillon du japon nous a échappé par exemple. Il y avait entre 1h20 et 50 minutes de queue chaque fois que nous passions devant donc nous avons préféré continuer. Pour le reste, nous avons exploré l’expo universelle comme Dora et Diego avec une appareil photo.

Tout commence avec le « pavillon zéro » créé par l’ONU. Ce pavillon retrace l’histoire alimentaire du monde. De la chasse sauvage à la domestication des animaux, des techniques artisanales à l’industrialisation. Et surtout, de l’époque où on pouvait tout se permettre à maintenant, où les ressources s’épuisent, le gaspillage fait rage, et 800 millions de personnes crèvent de faim alors que nous n’avons jamais produit autant de nourriture.
La raison ? On mange trop d’animaux.  Les millions de bêtes élevées pour devenir des repas coûtent énormément d’énergie, d’eau, d’espace et de nourriture. Par exemple, il faut 13 fois plus d’eau pour produire 1kg de viande que 1kg de légumes. 70% de la production mondiale de céréales sert à nourrir les animaux d’élevage. Pourquoi ne pas envoyer une partie ces céréales au tiers-monde ? Parce qu’une vache qui manque un repas, ça coûte de l’argent. Elle sera moins grosse, et sera vendue moins cher. Alors qu’un miséreux africain ou indien, il ne pourra jamais rien acheter alors pourquoi le nourrir ? ça ne rapportera rien. C’est ainsi que pensent ceux qui contrôlent l’industrie alimentaire.

L’ONU est au courant. Elle sait aussi qu’à ce rythme, la planète n’aura bientôt plus d’eau et plus de terres disponibles. L’élevage intensif est la première cause de déforestation (bien avant le papier). Le pavillon zéro retrace donc notre histoire de mangeurs, tout en soulevant les enjeux futur : Comment se nourrir sans tuer la planète et nous avec ? Peut-on avoir une distribution des ressources plus humaine ? Et conclue en éclairant les pistes de solutions : Réduction du gaspillage, réduction de la conso de viande, intégration des insectes dans les régimes alimentaires… Le contenu de nos assiettes sera sûrement complètement différent d’ici 30 ans.

exposition universelle 2015 à MIlan
exposition universelle 2015 à MIlan
exposition universelle 2015 à MIlan
exposition universelle 2015 à MIlan
exposition universelle 2015 à MIlan

Le pavillon zéro se termine sur une note optimiste avec le patrimoine mondial des graines et céréales de la planète.
exposition universelle 2015 à MIlan

Passé ce moment de prise de conscience et d’inquiétude, chaque pays présente son système alimentaire. En célébrant les merveilles et la diversité que nous avons la chance de pouvoir goûter chaque jour. L’expo universelle est un gigantesque tour du monde des saveurs et des savoirs-faire.

Les tapas en Espagne

exposition universelle 2015 à MIlan

La Belgique a mis le chocolat et le café à l’honneur (il y a un coin boutique/café dans presque tous les pavillons)

exposition universelle 2015 à MIlan

Le pavillon Français  :) Un verger avec toutes les sortes de fruits, légumes, herbes aromatiques et céréales qu’on cultive.

exposition universelle 2015 à MIlan

A l’intérieur, le plafond est un hommage à la provence, au terroir, aux produits de nos régions.

exposition universelle 2015 à MIlan

Des expériences olfactives autour du vin, du fromage et du pain sont à dispo. il faut mettre son nez devant la grille et faire confiance :)

exposition universelle 2015 à MIlan

Il y a un restaurant tenu par des chefs Bocuse d’Or au dessus du pavillon. On n’a pas pu résister à l’appel de notre bonne vieille France pour le déjeuner. En entrée, Kay à pris du foie gras et moi une soupe pomme-betterave. D’après ce que j’ai vu, c’est le meilleur resto pour déjeuner en qualité de bouffe et beauté du cadre. #JolieTerrasse

exposition universelle 2015 à MIlan

exposition universelle 2015 à MIlan
exposition universelle 2015 à MIlan

Petite déception pour le pavillon des États-Unis

exposition universelle 2015 à MIlan

Tu arrives, y’a Barack qui te fait un discours avec Michelle, tu te dis que ça va être trop bien…

exposition universelle 2015 à MIlan

Et en fait c’est un mini cinéma avec 9 vidéos sur les richesses de leurs régions (barbecue au texas, food markets en ville), un peu comme l’Iran quoi.

expousa2

Pas de repenti sur la malbouffe, et même un macdo juste en face qui se tape l’incruste.

exposition universelle 2015 à MIlan

Sinon il y avait aussi des stands amusants, comme le chocokebab :

exposition universelle 2015 à MIlan

La Hollande à misé sur un pavillon à l’air libre

exposition universelle 2015 à MIlan

L’Autriche a créé une forêt artificielle.

exposition universelle 2015 à MIlan

Au Qatar ils ont construit un mini-palais. A l’intérieur : expo du repas traditionnel et reproduction du « Tree of Life », la sculpture emblématique de l’expo (version 2015 de la tour eiffel).

exposition universelle 2015 à MIlan

exposition universelle 2015 à MIlan

L’Angleterre a misé sur une ruche géante, construite de milliers de tiges en métal. J’ai voulu monter pour que Kay prenne mes pieds en photos. Puis je me suis souvenue que j’étais en robe.

exposition universelle 2015 à MIlan

expobonbon

exposition universelle 2015 à MIlan

Un système hydroponique : Les plantes purifient l’eau des poissons, les nutriments issus des poissons nourrissent les plantes.

exposition universelle 2015 à MIlan

Et le fameux Tree Of Life, avec animation en musique toutes les heures.

exposition universelle 2015 à MIlan

exposition universelle 2015 à MIlan

Je sais que cet article fait environ 3 kilomètres 950 de long mais je me dit que l’expo universelle n’arrive qu’une fois tous les 5 ans. Si je ne mets pas une tonne de photos quand je parle de ça, je ne le ferai jamais. Et puis autant partager cette expérience jusqu’au bout. Si vous n’y allez pas vous aurez quand même l’impression de l’avoir visitée :).

8 Commentaires

  • Merci pour cet article formidable et toutes ces photos. C’est très bien que l’article fasse « 3 kilomètres 950 de long » car il nous apprend beaucoup de choses.

    Le problème concernant la production excessive de viande pourtant si gourmande en eau, c’est qu’une écrasante majorité d’habitants des pays riches ignore cette réalité. Il faut beaucoup plus de campagnes de sensibilisation, que ce soit à la télévision ou dans la presse papier, pour que les gens comprennent que d’autres modes de vie bien plus sains pour la planète sont possibles. Des dizaines de millions de personnes y seraient prêtes.

    En effet, la production d’un kilogramme de viande de bœuf nécessite 15 000 litres d’eau ; contre 40 litres d’eau pour produire un kilo de salade, 100 litres pour un kilo de pommes de terre, 185 litres pour un kilo de tomates, 330 litres pour une baguette, 400 litres pour un kilo de maïs, 1 000 litres pour un kilo de pommes, 1 100 litres pour un litre de lait, 1 900 litres pour un kilo de pâtes, 3 400 litres pour un kilo de riz. La production de viande est même parfois plus demandeuse d’eau que la production d’un vêtement (2 700 litres d’eau nécessaires pour produire une chemise, 11 000 litres pour produire un jean).
    J’ai consulté mes cours et recherches de géographie économique pour ressortir ces chiffres tirés d’un documentaire de Yann Arthus-Bertrand, La soif du monde. (La source est citée, donc pas de plagiat commis :))

    • Et merci pour ce formidable commentaire. Je suis contente de voir que d’autres partagent les mêmes inquiétudes que moi.
      Bien-sûr la plupart des gens ignorent les dessous de la viande, comme moi il y a un an. Qui pourrait croire qu’il fait autant de mal en mangeant un hamburger ? J’ai bon espoir que le message se répande, car même si les lobbys de la bouffe sont puissants, dans quelques années nous n’aurons simplement plus le choix que de repenser notre système.

  • Je pense que le problème est ailleurs, mais je ne vais pas m’étaler pendant des pages sur des sujets que certains pourraient qualifier d’anti-social ou d’extrémistes.

    Je te remercie pour ce reportage, j’aurais aimé être à tes côtés pour découvrir tout ça avec ton œil avisé et impliqué. C’est un peu ce que tu nous offre, mais une journée entière doit vraiment être hyper enrichissante tant tu t’intéresses à tous ces problèmes.

    Un peu plus futilement, j’aime beaucoup cette photo, la queue de cheval laisse toute la place à ton visage qui possède un petit côté poétique. Je ne sais pas expliquer pourquoi…

    Je te fais beaucoup de bisous et attends avec impatience le prochain épisode, qu’il soit esthétique, culinaire ou philosophique.

    A vite.

    • Moi j’en parle même si ça dérange. Il y a un moment où il faut dire les choses qui doivent être dites. Tout le monde est capable de l’entendre. Il s’agit de réfléchir sur le sujet, pas forcément de changer sa vie du jour au lendemain.

      Les cheveux attachés sont très rares pour moi comme tu as du le remarquer. Ils sont généralement le résultat d’une combinaison incluant : manque de temps, cheveux rebels, non-envie de lutter des heures… :)

      Bises

  • Ton reportage est génial !!! Tes photos magnifiques !!!
    Tu as raison sur beaucoup de points, mais tant qu’il n’y aura pas une catastrophe avec laquelle l’humanité n’aura pas d’autre choix…. la majorité refusera de faire le moindre effort.

    Quant à l’Expo Universelle et tout ce que tu nous as fait découvrir, ça mérite d’y retourner une semaine complète :)

    Bravo pour ce nouveau partage si riche.

    • Merciii ! J’avoue que j’ai bien envie de voir le pavillon du Japon quand même. Il parait qu’il y a un restaurant vegan macrobiotique dedans ! #PoussezVousLaissezMoiPasser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *