match point kiss under the rain Match point baiser sous la pluie

Morgane de la fidélité

Je suis absolument, solidement et résolument contre l’infidélité.

Une opinion qui m’agacerait presque. Car il est facile de se placer du côté du bien, du plus défendable. Je n’ai ce point de vue ni par égard pour la morale, ni par foi en l’amour éternel. Je l’ai par bon sens.

Deux options simples : Il y a des personnes qui veulent se mettre en couple, et d’autres qui n’ont pas cette envie. Sans qu’un de ces choix soit meilleur que l’autre. C’est juste une question de préférence.

Dans le premier cas, on aura une relation plus constante et plus uniforme. Aussi longtemps que l’autre sera suffisamment intéressant pour être notre partenaire exclusif.
C’est bien pour : savoir qui va manger les dragibus noirs, avoir un pilier dans la vie et faire des enfants.

Dans le cas inverse, l’absence d’attache n’empêche pas d’être sérieux et authentique dans ses histoires, au contraire. Elles seront simplement plus fugaces et moins familières.
C’est bien pour : connaître tous les parfums du monde, aimer de nombreuses façons, ne jamais se lasser.

Le problème avec l’infidélité, c’est que les gens se réclament du premier choix puis agissent à la manière du second. C’est comme prendre un stylo bleu pour écrire en rouge.
A quoi bon vouloir l’étiquette de couple ? Parce que c’est plus joli, plus agréable à dire, plus rassurant.
Alors on s’enferme dans un paradoxe dont on n’a même pas conscience. On reste tiraillé entre son besoin d’affection, son désir de sécurité et sa soif de diversité sans se donner la peine de s’en rendre compte.
Sans considérer ni s’autoriser aucune autre possibilité de vie.

L’infidèle se trahit lui même, par absurdité et non par peur de quitter ce qu’il a (et qui manifestement ne lui convient pas) pour l’inconnu. Son ménage est détruit par ses aventures, ses aventures sont détruites par son ménage et lui prend les ruines de sa vie pour un empire.

La fidélité est une question de cohérence. Si l’on choisit de se donner à quelqu’un c’est parce qu’on l’a voulu, pas parce qu’on y est obligé. Il serait laid d’avoir à penser que les couples découlent plus d’une peur de partir que d’une envie de rester.

7 thoughts on “Morgane de la fidélité

  1. Intéressant… Quoi qu’il en soit, l’infidélité met pratiquement toujours fin à un couple. Soit le/la partenaire ne supporte pas d’avoir été trompé(e), soit l’infidèle n’arrive pas à accepter qu’on l’est pardonné. Donc avant de se mettre en couple, réfléchir, ça vaut mieux :)
    Vraiment méga intéressant cet article. Super méga intéressant. :)

  2. En effet la fidélité pour une personne (et ses manifestations comme le mariage ou les enfants) est un très gros engagement, très difficile à prendre pour certains. D’autres s’engagent dans la fidélité mais ne tiennent pas leurs engagements à long terme (1 couple marié sur 2 finit par divorcer c’est énorme! Et c’est surtout très lourd à porter pour les enfants si le couple en rupture en a !!). Je pense notamment à l’enfant de Kévin et Virginie qui ont rompu dans Secret Story 6.

  3. Le problème de l’infidélité, c’est qu’elle entraînera forcément un manque de confiance. Peu importe que les gens soient libertins, échangistes, ou plus classiques dans leur manière de vivre en couple, si les limites sont là. Ils doivent rester fidèles aux promesses qu’ils ont fait à leur conjoint. Ne pas trahir leur confiance.

    En tout cas, c’est un article intéressant que tu nous as proposé là :) il nous montre que tu es toujours aussi brillante.

    PS : Joyeux anniversaire en retard Mogo !

  4. Le problème de la fidélité est, à mon avis, lié à notre société récente qui souhaite nous imposer une vision idéale du couple dans laquelle l’homme serait l’égal de la femme. La femme a besoin d’un homme fort pour se sentir en sécurité et ne plus craindre les aléas de la vie. Le problème est que notre société tend à une féminisation de l’homme pour que ses choix se fassent à l’aide de ses sentiments et non plus de sa raison afin de le manipuler plus facilement(publicité…). Cette féminisation de l’homme nous mène à une égalité homme-femme qui est économiquement très intéressante car nous vivons dans une société de consommation; cependant je ne pense pas que sur un plan relationnel elle le soit car l’homme a besoin de fasciner ( le phallus se dit fascinus en latin) et qu’il ne peut fasciner si égalité il y a. Le temps mélangé à notre société font qu’au fur et à mesure que le couple vieillit la fascination disparaît et c’est pour cela que l’homme a besoin d’aller voir ailleurs pour rassurer son orgueil ce qui est en soi la seul chose qu’il a. Il y a surement des choses fausses dans ce que je dis car je n’en suis qu’au début de ma pensée( je n’ai que 23 ans). Je vais appuyer mes propos à l’aide d’un exemple d’un couple dont les membres sont ensemble depuis 26 ans l’homme a trompé la femme il y a 20 ans , il ne lui a jamais dit et cela ne les empêche pas d’être heureux ensemble aujourd’hui. Je pense que si il y a tromperie il ne faut pas le dire à l’autre car cela risque de lui faire du mal pour rien car la vérité n’est en soi qu’une illusion or les femmes sont avant tout idéalistes lorsqu’il s’agit de la conception du couple qui leur vient de leurs histoires de princes et princesses c’est pour cela qu’il faut les laisser dedans. Maintenant, j’ai bien aimé lire ton raisonnement assez cartésien, tu as cette chance d’avoir une plume. Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>