L’enfer du chat envahi de puces

Qu’est-ce qu’il se passe avec le chat ?

J’ai posé cette question à ma mère en voyant qu’il était devenu quasi-fou. Il ne voulait plus poser la patte par terre et ne se déplaçait qu’en courant le plus vite possible. Et à part ça il créait des parcours très étranges en sautant sur les meubles, et fixait le parquet comme s’il voyait des fantômes y passer.

On regardait, on ne voyait rien.

C’est notre 1er chat, on vit en appartement, on n’a pas compris tout de suite.

On l’a amené chez le véto, mais tout avait l’air normal. En rentrant, le téléphone a sonné, et c’était le vétérinaire : “En nettoyant la table on a trouvé plein de petites crottes, votre chat est infesté de puces”.

Okaaay. Alors déjà, comment a-t-il chopé des puces ? On a découvert que c’était la cour de l’immeuble qui en était remplie. On s’attendait pas à ça en vivant à Paris.

Le combat infernal

À partir de ce moment, ça a été l’enfer. Les puces avaient envahi le chat, le parquet, l’appart… Et il nous a fallu plus qu’un essai pour s’en débarrasser :

Tentative 1 : les pipettes d’anti-puce sur le chat.

Il en existe 2 sortes : celles qui durent 1 mois et sont moins nocives pour le chat, et celles qui durent 3 mois et passent dans le sang de l’animal. On a essayé les pipettes douces, sans succès une fois que le chat est infesté. On est passé à contrecoeur aux pipettes plus agressives (pour les puces mais aussi pour l’animal). Mais même si on tuait les quelques puces sur le chat, il en restait plein dans l’appart.

Fun fact : les puces sont hyper coriaces, peuvent vivre plusieurs années, et même hiberner.

Tentative 2 : Nettoyage en profondeur de l’appart, avec aspirateur et vinaigre blanc pour les déloger du parquet. Mais elles étaient toujours là.

Tentative 3 : Pipette sur chat + Aspirateur + Vinaigre blanc + bombes de spray anti-puces vaporisées sur le parquet. ELLES ÉTAIENT TOUJOURS LÀ.

On en était a des semaines de lutte acharnée et on commençait à fatiguer. J’adore mon chat mais c’était devenu un enfer de l’avoir. On retrouvait des puces partout, et parfois j’avais l’impression d’en avoir dans mon lit. C’était surtout psychologique, mais quand-même.

Au bord du désespoir, on appelle un service professionnel d’extermination : il nous disent que ça va coûter entre 300 et 600€ et qu’il faut bouger tous les meubles, mettre les matelas à la verticale, et partir de l’appart plusieurs nuits. NO WAY. On se dit qu’on va tenter un dernier recours avant les professionnels : les fumigènes.

Tentative 4 : les fumigènes. Cette fois ce fût la bonne ! On a mis le chat chez un ami (après s’être assurées qu’il n’y avait plus aucune puce sur lui), et on a ouvert des bombes fumigènes dans l’appart. Il faut partir de chez soi 2-3h, puis revenir, ouvrir les fenêtres sans respirer, et re-partir 2h. C’était chiant mais efficace.

Après avoir lavé tous les textiles dans lesquels elles auraient pu se loger ou pondre (draps, rideaux, vêtements) et passé l’aspirateur 10 fois dans tous les coins, on est restées sur nos gardes pendant des semaines… Mais elles avaient bien disparu.

Deux mots pour décrire mon état d’esprit sur cette expérience : PLUS JAMAIS. Maintenant je peux vous assurer que je suis très consciente de toute situation “à risque” et que je protège mon chat tous les mois, même si c’est un chat d’appartement.

Comment se protéger des puces et parasites ?

Il faut connaître les risques et protéger de façon préventive et mensuelle. Ça évite d’avoir recours à des produits plus chimiques et nocifs par la suite, qui sont dangereux pour les animaux et pour les enfants.

Comment savoir de quels parasites se protéger ?

Sur le site Jaimejeprotege.fr, il suffit de répondre à 6 questions sur le mode de vie de votre chien ou chat pour savoir à quels risques il est exposé et quelles sont les précautions à prendre.

C’est un site purement informatif, qui ne fait la promo d’aucun produit en particulier. Le but est simplement d’informer sur les parasites et comment s’en protéger.

Je viens de le faire pour Shadow. Ça prend moins d’une minute :)

Ça m’a rappelé qu’il fallait bientôt lui mettre sa pipette préventive. Mieux vaut ça que de re-vivre l’enfer des puces.

PLUS JAMAIS.

Sur ce, je vais appeler le véto et y passer avant de rentrer.

Paix, amour, et ronronnements 😻

 

NB : Création de contenu en collaboration avec Boehringer Ingelheim (créateur du chatbot et de la vidéo). Tous les propos de cet article m’appartiennent et sont sincères.

 

6 Commentaires

  • Ton expérience fait flipper ! Je n’ai jamais vécu cela malgré les nombreux animaux dont j’ai été entourée toute ma vie. Par contre j’ai déjà eu des poux et là c’était un peu ressemblant ! On devient complètement parano !

  • bonjour la situation décrite : l’enfer ! est très juste, bien que, les puces, je ne les ai jamais vues (mauvaise vue ?) et que je ne sois pas piquée mais ils en ont ! Et ça résiste, plus que jamais, en 2018, je n’en viens pas à bout et j’ai une chatte très allergique (elle a des croûtes) – pourtant ils sont traités toute l’année mais… ils sont 8, oui, c’est beaucoup, je sais, et j’ai abandonné tous les traitements chimiques : les pipettes ne durent pas un mois (à peine une semaine cette année depuis l’été) et plusieurs ont une santé, enfin, ce sont tous des chats qui ont eu une sale vie avant que je les adopte et je préfère ne pas prendre de risques. En général, j’ai toujours de l’huile de neem, qui agit comme répulsif et empêche le passage au stade adulte des nymphes, donc effet non immédiat. Idem pour la terre de diatomée. J’ai utilisé récemment un fogger, mais naturel, pas assez efficace. Sur eux j’alterne le pyrèthre sans additifs et la poudre de tétraméthrine (la seule forme chimique que supportent les chats, 6 euros en grande surface !) mais ce n’est pas encore réglé. Je crois qu’ils s’infectent sur le balcon, au contact de la terre des pots mais j’ai peur d’utiliser des antipuces, là, même si je m’y mets un peu car ça tue tout ! Et aussi je suis pas loin de déménager, alors il y a des cartons un peu partout et je vide peu à peu le contenu de mes placards : il y avait sans doute des nids, là, de puces attendant leur heure bien au chaud… Mais aussi, un printemps archi pluvieux, suivi de pointes de canicule, ça ne doit pas aider – enfin c’est usant car je les traite tous 2 à 3 fois par semaine et ce, depuis des mois (et je traite aussi l’environnement) !
    Ce que je conseillerais (et que je ferai) : passer un fogger (bien chimique) dans un nouvel appartement avant d’y installer quoi que ce soit car je ne sais pas quel était l’état du mien avant d’y entrer (j’habite pas loin d’une forêt) et aussi, ne pas ménager ses efforts en hiver, c’est plus facile.
    merci pour le lien que vous donnez, je vais essayer (même si ma situation est un peu atypique).

    • Aïe, c’est difficile à gérer effectivement. Avez-vous essayé les colliers anti-puces ? Ma grand-mère a eu de bons résultats avec.
      Bravo pour ce que vous faites en tout cas, c’est très beau d’offrir une vie avec de l’amour et des amis à vos chats. Bisous et courage pour les puces !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *