livre une saison a la petit boulangerie posé sur un lite avec une assiette de viennoiseries dorées et des lunettes posées à côté

Une saison à la petite boulangerie – Jenny Colgan

Attention il cache bien son jeu.

C’est le tome 2 de « La petite boulangerie au bout du Monde », le best-seller de Jenny Colgan. On y retrouve Polly, qui après avoir enchaîné une rupture et une faillite, est venue s’installer sur le rocher de Mount Polbearn et vivre de sa passion : faire du pain. Globalement, Polly est une fille gentille, honnête et travailleuse, à qui il arrive plein de merdes et qui se bat pour s’en sortir.

Nouveau livre, nouvelles aventures

L’histoire reprend là où le tome 1 s’est arrêté. Polly vient d’acheter le phare de l’île pour y habiter avec Huckle, son beau gosse américain qui produit du miel. Décision complètement irrationnelle vu que le bâtiment tombe en ruine et qu’il nécessite plein de travaux. Et elle ne va nulle part sans Neil, l’oiseau qu’elle a soigné et adopté après qu’il ait foncé dans la vitre de la boulangerie. Le commerce marche bien, ses irrésistibles pains dorés font le bonheur des habitants, tout va bien.

« C’était une focaccia aux tomates séchées d’une intensité incroyable : profonde et ensoleillée, riche, agrémentée de romarin et d’un filet d’huile d’olive. Tout l’été dans une bouchée. »

MAIS.

Le temps va se gâter pour Polly. La boulangerie change de propriétaire et là… C’est le drame. Son nouveau patron lui fait vivre un enfer. Sexiste, opportuniste, et arrogant, on a envie de le gifler à travers le livre. On fait comme Polly, qui n’a pas le choix que de serrer les dents. Mais ça devient de plus en plus dur à mesure que les malheurs tombent sur elle et qu’on ressent un sentiment d’injustice croissant : POURQUOI LE SORT S’ACHARNE-T-IL TOUJOURS SUR LES GENS BIEN ?

J’aimerais qu’on pose cette question au bac de philo, mais revenons à nos michettes. Cette mauvaise période finit même par ébranler le couple de Polly et la ramène presque au point de départ du tome 1 : dans le doute et l’horrible sentiment d’avoir raté sa vie. Par chance, elle peut compter sur le soutien de Kerensa, sa meilleure amie perchée ; Jayden, son apprenti un peu maladroit ; ou encore Archie, marin au grand coeur et premier fan des roulés à la saucisse de Polly.

livre une saison a la petite boulangerie posée sur un lit avec shadow qui regarde

Mon avis sur « une saison à la petite boulangerie »

Je me suis vite attachée à cette fille courageuse qui bosse dur pour obtenir les choses par elle-même. Je voyais les obstacles arriver sur sa route et j’avais envie de lui dire « ALLEZ, BATS-TOI ». J’avais aussi très très très envie de manger ! C’est un livre qui donne faim, je vous préviens.

« Elle posa le pain frais sur la table en bois. Une couche de beurre fondu recouvrait son coeur tendre à la mie aérienne. La croûte bien pétrie craquait sous la dent avec un goût savoureux de noisette. »

Qui peut résister à ça, sérieusement ? Pas moi. Comme on le voit sur les photos, j’ai craqué et je suis allée dévaliser une boulangerie. Polly donne envie de croquer la vie à pleine dents. D’habiter dans un phare, d’adopter un oiseau (pardon Shadow mais j’aime aussi les oiseaux), de suivre ses instincts même s’ils ne sont pas toujours « raisonnables ». Et j’en retiens également ceci : il n’est aucune peine qui ne puisse être soignée par du pain frais croustillant et des amis en or.

Je vous conseille ce livre si vous aimez les héroïnes au grand cœur et les viennoiseries dorées à souhait. Il est dispo sur Amazon et fera un très bon compagnon cet été. Il me reste une dernière chouquette à savourer pour conclure cet article.

Paix, amour, et vienoiseries.

une saison a la petite boulangerie de jenny colgan

NB : Création de contenu en collaboration avec les éditions Pocket. Tous les propos de l’article m’appartiennent et sont sincères.

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *